Wikindx Resources

Communication incl. Poster: BibTeX citation key:  Diendere
Diendere, A., Kephaliacos, C. & Nguyen, G. 2009. Water quality, risks and public policies: an economic analysis of collective action regarding the use of water in areas with intensive agriculture of Burkina Faso. Work presented at Third International AMMA Conference, July 20—24, at Ouagadougou, Burkina Faso.
Added by: roussot 2009-11-05 11:19:16
 B  
Categories: Society-Environment-Climate interactions
Keywords: Adaptation and Mitigation, Water - Energy - Resources
Creators: Diendere, Kephaliacos, Nguyen
Publisher: African Monsoon Multidisciplinary Analyses (Ouagadougou, Burkina Faso)
Collection: Third International AMMA Conference

Number of views:  1276
Popularity index:  67.51%
Maturity index:  published

 
Abstract
In Burkina Faso, agriculture which contributes up to 40% of the GDP, is highly dependent on rainfall during the monsoon season. In normal conditions, the monsoon which runs from June to September brings the solely heavy rains of the year. Studies show that over years this wet season starts more and more lately and rainfall becomes more variable in duration as well as in space. The variability of the monsoon, high population growth and the promotion of intensive agriculture increase the risks of water pollution. This intensification of agriculture has been indeed based on an important use of pesticides in areas of irrigated rice and cotton production. The GIRE (2001) program indicates an increase in the use of pesticides of 11% per year over the 1991 to 1997 period. Moreover, other studies (Toé et Kinané, 2003 ; MECV, 2004, Pesticide Action Network Africa) reveal that a large number of the chemicals used are either forbidden or dangerous because they are badly stocked and used.
Regarding the level of water pollution, the government has enacted laws and regulations and has created the National Commission of Pesticide Control (Commission Nationale du Contrôle des Pesticides, CNCP) in order to control and register pesticides. However, despite the creation of the CNCP and the existence of enforcement laws, water pollution remains a major problem. Studies (Toé et al.,2005, Somé et al., 2006 ) point out water pollution in certain areas and high risks of pollution by various substances like carbofuran, turbufos and endosulfan or nitrates, in other areas. This situation is observed in surface as well as in underground water. Somé et al. (2006) indicate, in the area of Mogtedo, a concentration of nitrates equal to 7,11 mg/l (given the standard value of 11,4 set up by the WHO). For the same area, the MECV (2004) reports a concentration of nitrogen equal to 2,23 mg/l. Regarding the concentration of nitrates, the watershed of the Mogtedo area is classified at the fifth rank out of a six rank scale (Somé et al., 2006). In the cotton production area of Dano, the MECV (2004) reports a concentration of nitrates equal of 12,4 mg/l in April and of 11,86 in October.
Thus, given the increasing demographic pressure and risks of pollution, water quality has become a critical issue just like water scarcity. It is important to move beyond the logic of most of the existing environmental policies, which consider that “less there is emissions, more one can allow an increase in production” (Varone et al., 2008). Enforcement rules have indeed to be developed before the level of pollution becomes critical. According to certain economists (Platteau, 2003 ; Alauddin et Quiggin, 2008), crowding externalities can happen under certain conditions and explain the degradation of an environmental resource, such as water quality.
Our contribution to this third conference of AMMA (theme “Society – Environment – Climate Interactions”), aims to develop an economic analysis of the formal and informal collective action regarding the management of water quality. First, we will describe the different categories of actors (farmers, households, public agencies, NGO, private enterprises implied in the import of pesticides, etc.) and the different economic activities (farming, fishing, domestic activities, etc.) having an impact on water quality.
This communication will focus on two study areas, the Mogtedo area of irrigated rice production and the Dano area of cotton production. We analyze the “crowding externalities” resulting in water pollution. This analysis is based on a conceptual framework, which focuses, on the one hand, on the demand of water “quality” as it is formulated by the different categories of actors in the actual context, and on the other hand, on the formal and informal rules related to the management of water quality.
One of our working hypotheses is that different categories of actors do consider “quality” of water differently. For some of the actors, water quality is a “collective environmental resource” or “Common Pool Resource” (referring to Ostrom’s work), whose sustainable management is mostly dependent on the existence of local arrangements. For other actors, water quality is an environmental good under a relatively open access regime, even accompanied by some public regulation. One can therefore think that, in the absence of effective control and of real enforcing measures, opportunistic behavior is frequent.
Implications in terms of public policies will be finally discussed. In a context where climatic, economic and institutional risks are important, mandatory measures alone are not sufficient to guarantee the preservation of water quality. Different policy frameworks combining mandatory measures and voluntary measures can be conceived. A special attention has to be given to the stage at which the different categories of actors are in the collective learning process of a quality “standard”. Meanwhile, it could be necessary to bring local arrangements to evolve in order to take into account changes in practices and uses, in particular those agricultural practices and uses having an impact on water quality.
--
Le Burkina Faso (BF) fortement dépendant de son agriculture (40 % du PIB agricole dans le PIB global) est tributaire des eaux de pluie apportées par la mousson. Dans les conditions normales, cette mousson qui s’étale du mois de juin à celui de septembre apporte des précipitations fortes qui constituent les seules pluies de l’année. Les études révèlent une arrivée de plus en plus tardive de la mousson au fil des années et une variabilité du niveau des pluies aussi bien dans la durée que dans l’espace. Les irrégularités de la mousson d’une part, couplées à la forte croissance démographique et à la promotion de l’intensification agricole d’autre part, entraînent des risques importants de pollution de l’eau, facteur de production agricole. Cette intensification s’est accompagnée d’un emploi important de pesticides au niveau des zones irriguées où sont cultivés essentiellement le riz et les produits maraîchers et dans la zone cotonnière. En effet, le programme GIRE (2001), indique une utilisation accrue de pesticides évaluée à 11% par an sur la période allant de 1991 à 1997. Des études (Toé et Kinané, 2003 ; MECV, 2004, Pesticide Action Network Africa) révèlent en outre qu’une grande quantité de ces produits est prohibée et dangereuse puis que ces produits sont stockés et utilisés dans des conditions non satisfaisantes favorisant une dégradation de la qualité de l’eau.
Face aux dégradations de la qualité de l’eau, la puissance publique a mis en œuvre des lois et décrets et confié l’homologation des pesticides à la Commission Nationale du Contrôle des Pesticides (CNCP). Mais force est de constater que, malgré la création de la CNCP et malgré l’existence de lois, la dégradation de la qualité de l’eau demeure un problème. Des études (Somé et al., 2006 ; Toé et al.,2005) font ressortir une pollution des eaux dans certaines régions et des risques de pollution élevés par les nitrates, le carbofuran, le turbufos, et l’endosulfan dans d’autres, aussi bien pour les eaux de surface que pour les eaux souterraines. Les travaux de Somé et al. (2006) indiquent dans la zone de Mogtédo une concentration en nitrates de 7,11mg/l (contre un seuil de 11,4 par l’OMS). Le MECV (2004), montre pour cette zone une concentration d’azote total de 2,23 mg/l. Dans la hiérarchie de classification des eaux pour l’élément nitrate, les eaux de Mogtédo sont placées à la classe 5 (sur 6) (Somé et al., 2006). S’agissant des zones cotonnières, le MECV (2004), présente une concentration de nitrates de 12,4mg/l en avril et 11,86mg/l en octobre sur le périmètre de Dano.
Face à la pression démographique et aux risques grandissants de pollution, la qualité de l’eau devient un enjeu majeur au même titre que la quantité de l’eau. Il devient dès lors important de dépasser la logique des politiques environnementales habituellement en vigueur (Varone et al., 2008) selon laquelle « moins il y a d’émissions, plus on pourra admettre l’exploitation ». Autrement dit, il ne faut pas attendre d’avoir des niveaux de pollution critiques pour prendre des mesures correctrices. Selon certains économistes (Platteau, 2003 ; Alauddin et Quiggin, 2008) des phénomènes d’externalité de congestion peuvent apparaître dans certaines conditions et expliquer la dégradation d’une ressource environnementale, comme la qualité de l’eau.
Notre contribution à cette troisième conférence de l’AMMA qui s’inscrit sous le thème principal « Interactions Sociétés-Environnement-Climat », vise à développer une analyse économique des modalités formelles et informelles de coordination des acteurs autour de l’usage de la ressource eau, de façon à pouvoir mettre en évidence les mécanismes conduisant à sa dégradation. Il s’agira de faire un état des lieux des acteurs (agriculteurs, ménages, services publics, ONG, acteurs impliqués dans l’importation et le contrôle des pesticides, etc.) et des activités économiques (culture, élevage, pêche, activités domestiques, etc.) pouvant avoir un impact sur la qualité de l’eau.
Cette communication portera sur deux zones d’études, l’une de riziculture irriguée située dans la zone de Mogtedo et l’autre, de culture cotonnière, située à Dano. Afin de mettre en évidence les phénomènes « d’externalités de congestion » à l’origine de la dégradation de la qualité de l’eau, une grille d’analyse sera proposée, mettant en avant la demande en « qualité » de l’eau telle qu’elle peut être formulée dans le contexte actuel par les différentes catégories d’acteurs, ainsi que les règles formelles et informelles régissant de près ou de loin la gestion de la qualité de l’eau.
Une de nos hypothèses de travail est que la « qualité » de l’eau n’est pas envisagée par les différentes catégories d’acteurs de la même manière. Si pour certains, il s’agirait d’un bien environnemental de type « ressource collective » ou « Common Pool Ressource » tel que décrit par Ostrom (1997), dont la préservation dépend de l’existence d’arrangements locaux, pour d’autres, il s’agirait d’un bien en accès relativement libre même s’il fait l’objet d’un contrôle des autorités publiques. Nous pouvons ainsi penser qu’en l’absence de contrôle effectif et de mesures coercitives, alors même que la réglementation existe, les comportements opportunistes vont se poursuivre.
Les implications en termes de politiques publiques seront ainsi discutées à l’issue de notre analyse. Dans un contexte où les risques tant climatiques, économiques qu’institutionnels sont importants, les mesures réglementaires seules peuvent ne pas suffire pour garantir la préservation de la qualité de l’eau. Différents dispositifs combinant la réglementation avec des mesures incitatives peuvent être envisagés selon le stade d’apprentissage collectif des acteurs d’une « norme » qualité. En même temps, il est peut-être nécessaire de faire évoluer les arrangements locaux pour tenir compte des changements de pratiques et usages notamment agricoles en lien avec l’eau.
Added by: roussot