Wikindx Resources

Communication incl. Poster: BibTeX citation key:  Faye
Faye, A., Ndione, J.-A. & Kebe, C. M. F. 2009. Rift Valley Fever (RVF) breeding sites characterization in Ferlo area: Assessment and monitoring of water quality parameters of Barkedji ponds during the 2008 rainy season. Work presented at Third International AMMA Conference, July 20—24, at Ouagadougou, Burkina Faso.
Added by: roussot 2009-10-19 16:40:27
 B  
Categories: Society-Environment-Climate interactions
Keywords: Health
Creators: Faye, Kebe, Ndione
Publisher: African Monsoon Multidisciplinary Analyses (Ouagadougou, Burkina Faso)
Collection: Third International AMMA Conference

Number of views:  838
Popularity index:  47.21%
Maturity index:  published

 
Abstract
Temporary ponds have a great interest in Ferlo where they are roughly only springs of water supply for populations and cattle, between July and January. In addition, they are RVF breeding sites and key places where cattle and vectors do meet, and as such become potent sources for epidemics. Then, they constitute a privileged place where RVF transmission mechanisms could take place. Therefore, it is necessary to understand their dynamics. In this paper, we present the physico-chemical variations of three ponds (Kangaledji, Niakha and Ngao) monitored within the framework of the AMMA project (WP 3.4). They are localized in the fossil river basin of Ferlo and their life cycle depends on biophysical and socioeconomic context. If suspended matters are measured in laboratory, the other parameters are measured in situ thanks to Consort C 561 water quality Kit.
Water temperature hardly ever falls down below 19°C but we note a weak spatial homogeneity; maximum value is recorded in september and minimum in november. The pH values present very seasonal weedy variations. We found acid waters in Kangaledji and Niakha ponds. The maximum of electric conductivity is recorded in july (Niakha), in october (Ngao) and in november for Kangaledji; whereas the minimum occurs in september (Ngao and Kangaledji), and in opposition to Niakha (October). Niakha’s salinity profile contrasts sharply with two others. The turbidity is strongly influenced by rainy event, the presence of aquatic vegetation in ponds and human activities. Moreover, the role of aquatic vegetation in water quality variation is generally different from a pond to the other one, further local disparities inside the same site.
--
Les mares temporaires revêtent un intérêt particulier dans le Ferlo où elles sont quasiment les seules sources d’approvisionnement en eau des populations et du bétail, entre juillet et janvier. Elles sont en outre des gîtes larvaires et de potentielles zones de contact entre hôtes (bétail) et vecteurs (moustiques). Ceci étant elles constituent un endroit privilégié où pourraient se dérouler les mécanismes de transmission de la FVR. D’où la nécessité de saisir leur fonctionnement. Dans cet article, nous présentons les variations physico-chimiques des mares suivies dans le cadre du projet AMMA (WP 3.4). Au nombre de trois, elles sont localisées dans la vallée fossile du Ferlo. Leur durée d’ennoiement dépend du contexte biophysique et socio-économique.
Si les matières en suspension (MES) sont dosées au laboratoire, les autres paramètres sont mesurés in situ à l’aide d’un Kit de terrain. La température de l’eau descend rarement en dessous de 19°C mais on note une faible homogénéité spatiale. Le maximum est enregistré en septembre et le minimum en novembre. Le pH présente de très légères variations saisonnières. Les mares de Kangaledji et Niaka sont associées aux eaux les plus acides. Le maximum de conductivité électrique est enregistré en juillet à Niaka, octobre à Ngao et novembre à Kangaledji ; tandis que le minimum survient en septembre à Ngao et Kangaledji, contre octobre pour Niakha. Cette dernière affiche ainsi un profil de salinité qui contraste nettement avec les deux autres. La turbidité est fortement influencée par la survenue d’un évènement pluvieux, la présence de la végétation aquatique et les activités anthropiques. D’ailleurs, le rôle de la végétation aquatique dans l’évolution de la qualité de l’eau varie généralement d’une mare à l’autre, en plus des variations locales à l’intérieur d’un même site.
Added by: roussot