Wikindx Resources

Communication incl. Poster: BibTeX citation key:  Martinya
Martiny, N., Chiapello, I., Marticorena, B., Jeanne, I., Deroubaix, A., Broutin, H., Agier, L., Liousse, C., Garnier, E., Courtin, F. & Fontaine, B. 2010. Une approche pluridisciplinaire pour avancer dans la compréhension du lien entre climat, poussières et méningites en Afrique de l’Ouest. Work presented at Atelier AMMA France 2010.
Added by: Fanny Lefebvre 2010-11-09 14:42:53
 B  
Categories: General
Creators: Agier, Broutin, Chiapello, Courtin, Deroubaix, Fontaine, Garnier, Jeanne, Liousse, Marticorena, Martiny
Publisher: African Monsoon Multidisciplinary Analyses
Collection: Atelier AMMA France 2010

Number of views:  1324
Popularity index:  67.59%
Maturity index:  published

 
Abstract
Les épidémies des méningites constituent un problème de santé publique majeure en Afrique. Chaque année, pendant la saison sèche (février à mai), 25 à 250.000 cas sont enregistrés par l’OMS dans la zone latitudinale 10-15°N, plus communément appelée « ceinture des méningites ». En moyenne, 10% des cas sont mortels, et 10 à 20% des survivants présentent des séquelles neurologiques graves. En outre, la population touchée est majoritairement jeune, des enfants de moins de 15 ans. La transmission de la maladie étant interhumaine, l’importance des facteurs sociétaux (nombre de personnes par maison, exposition à la fumée, immunité, dynamique des populations, …) dans l’expansion des épidémies est indéniable. Cependant, qu’en est-il du déclenchement et de l’intensité des épidémies ? Les variables climatiques et environnementales jouent-elles un rôle ? En effet, les aérosols désertiques et/ou des conditions de sécheresses (faible humidité relative, température élevée) tendraient à déstabiliser les membranes muqueuses ORL (particulièrement le pharynx) permettant ainsi à la bactérie (principalement Neisseria Meningitidis, sérogroupes A et W135), que de nombreux porteurs sains hébergent, de passer dans le sang.
Le groupe de recherches AMMA-« méningites » a pour objectif de mieux comprendre le rôle du climat et des aérosols désertiques sur les épidémies des méningites en Afrique de l’Ouest, tout en prenant en compte d’autres facteurs sociétaux comme la dynamique des populations. Le groupe veille à utiliser des données géophysiques et épidémiologiques, dans la mesure du possible, validées, à différentes échelles spatiales et temporelles, et issues de sources exogènes (mesures, télédétection, modèles, enquêtes). Les recherches scientifiques s’organisent selon 4 axes complémentaires : (i) Prévisibilité des variables climatiques et environnementales (incluant les aérosols désertiques) liées aux risques des méningites (programme ADCEM du GIS « Climat-Environnement-Société ») ; (ii) Lien entre évènements d’aérosols et inhalation ; (iii) Recul historique sur les données des méningites ; et (iv) Impacts de la dynamique des populations sur la santé. Le groupe, essentiellement composé de géophysiciens, climatologues et télédétecteurs aux débuts d’AMMA, a progressivement élargi ses champs disciplinaires à l’épidémiologie, la médecine, la biostatistique, la géographie et l’histoire. L’implication de partenaires africains est en outre croissante. Enfin, des expériences de terrain prévues dès 2011 (et notamment l’installation d’un TEOM en Afrique) constituent un atout supplémentaire afin de mieux comprendre les processus aux échelles fines.
Added by: Fanny Lefebvre