Wikindx Resources

Communication incl. Poster: BibTeX citation key:  Papazonni
Papazonni, M. & Protat, A. 2010. Fréquence d’occurrence, propriétés macrophysiques et microphysiques des nuages de glace en Afrique de l’Ouest pendant la mousson. Work presented at Atelier AMMA France 2010.
Added by: Fanny Lefebvre 2010-11-08 18:16:40
 B  
Categories: General
Keywords: Clouds - Convection
Creators: Papazonni, Protat
Publisher: African Monsoon Multidisciplinary Analyses
Collection: Atelier AMMA France 2010

Number of views:  1262
Popularity index:  64.39%
Maturity index:  published

 
Abstract
Les nuages demeurent une des plus grandes sources d’incertitude dans mes modèles de climat globaux, ce qui tend à réduire la précision de ceux-ci. Afin d’améliorer la représentation des nuages dans les modèles, ainsi que notre connaissances des propriétés nuageuses, il est crucial d’établir des climatologies en utilisant des instruments de télédétection.
C’est pour cette raison que les distributions de fréquences d’occurrence, les propriétés macrophysiques et les propriétés microphysiques des nuages de glace de la mousson ouest-africaine ont été étudiées à partir des trois premières années de données CloudSat/CALIPSO.
Les distributions de fréquence d’occurrence ont été étudiées à différentes échelles de temps (annuelle et mensuelle) et d’espace (cartes et moyennes zonales). La distinction entre systèmes précipitants et non-précipitants a été réalisée. Les résultats montrent des signatures bien définies : sur l’ensemble de la saison de mousson, les systèmes non-précipitants sont caractérisés par de fortes fréquences d’occurrence entre 2°N et 15°N. En dehors de ce domaine, les valeurs chutent. La variabilité interannuelle est faible, exceptée sur le golfe de Guinée. Les nuages précipitants sont localisés principalement sur la partie continentale des régions côtières. Leur variabilité spatiale est importante mais correspond à de relativement faibles valeurs de fréquence d’occurrence. A un niveau mensuel, l’étude montre une évolution très prononcée des distributions et des valeurs de fréquence d’occurrence pendant la mousson ; évolution qui suit les grandes étapes du phénomène. L’étude des propriétés macrophysiques a également permis de caractériser l’altitude moyenne, l’épaisseur moyenne et les fréquences de situations multi-couches à une échelle annuelle.
Des climatologies des propriétés microphysiques ont été établies à une échelle annuelle, en se focalisant sur les systèmes non-précipitants. Celles-ci montrent des distributions très marquées, qui varient de manière significative avec l’altitude. Plusieurs modes ont été mis en évidence, en fonction du type de nuage et des processus microphysiques dominants. L’étude de la variabilité temporelle montre une quasi invariance des caractéristiques dominantes durant la saison de mousson. La variabilité spatiale est plus importante et peut être expliquée par les variations de plusieurs paramètres comme l’humidité relative, la concentration en aérosols et l’intensité convective. Enfin, une comparaison entre les systèmes océaniques et continentaux a été réalisée et montre quelques différences qui peuvent là encore être justifiées par la variation de paramètres atmosphériques.
Added by: Fanny Lefebvre