Wikindx Resources

Thesis/Dissertation: BibTeX citation key:  Favreau2000a
Favreau, G. (2000) Caractérisation et modélisation d'une nappe phréatique en hausse au Sahel : dynamique et géochimie de la dépression piézométrique naturelle du kori de Dantiandou (sud-ouest du Niger). PhD Thesis. Paris, Université de Paris Sud.
Last Edited by: Deleted user 2010-02-12 14:39:19
 B  
Categories: General
Creators: Favreau
Publisher: Université de Paris Sud (Paris)

Number of views:  963
Popularity index:  48.93%
Maturity index:  published

 
Abstract
La zone d'étude se situe à l'est de Niamey et s'étend sur près de 4000 km² de l'aquifère sablo-sileux du Continental Terminal. Depuis plus de 10 ans, les suivis piézométriques montrent une hausse continue de la nappe phréatique. L'objectif de l'étude est à la fois d'expliquer cette hausse interannuelle - d'origine climatique ou anthropique ? - et de quantifier l'évolution récente de la recharge. Dans cette optique, près de 150 chroniques piézométriques (~ 10 000 mesures) et une cinquantaine d'échantillons géochimiques typiques de la nappe (ions majeurs, 18O, 2H, 14C, 13C) sont considérés ; à plus long terme, une cinquantaine de mesures piézométriques des années 1950-80 ont été ré-analysées.
La hausse de la nappe est en moyenne de 0.20 m.an-1 sur la dernière décennie et traduit une recharge d'au moins 10 mm.an-1. Les niveaux actuels sont les plus élevés jamais mesurés, en moyenne de 3.5 m plus hauts qu'en 1950-60. Depuis, des sécheresses majeures se sont produites (1970-80). L'augmentation des réserves de l'aquifère ne peut donc s'expliquer que par le déboisement observé : dans un milieu endoréique où l'infiltration à la nappe ne s'effectue qu'à travers le fond des vallées, le déboisement a provoqué un encroûtement des sols et un afflux d'eau de ruissellement supplémentaire aux bas-fonds. A long terme et sous végétation naturelle, deux approches indépendantes permettent de quantifier le renouvellement de la nappe. La première provient de la morphologie naturelle en dépression de la piézométrie de la nappe, explicable par un déficit localisé infiltration-évapotranspiration et dont la modélisation suggère une recharge régionale proche du mm.an-1. La deuxième est déduite des teneurs en &sup3H et 14C, qui permettent d'estimer la recharge à long terme entre 0.6 et 5.0 mm.an-1. Dans ce milieu typiquement sahélien, la recharge de la nappe a donc progressé d'un facteur 10 (de ~ 1 à plus de 10 mm.an-1) en quatre décennies. Une telle quantification de l'augmentation de la recharge provoquée par la déforestation est une première en Afrique.
Last Edited by: roussot